Auteur : Aurélie Sterntau

Manchmal bin ich der Verzweiflung nahe, wenn ich bedenke, daß ich nach allen meinen Forschungen weder weiß, woher ich komme, noch was ich bin oder wohin ich gehe und was einmal aus mir wird. [Voltaire]

Même si je veille d’une autre rive

Am Aeschenplatz
 
Quoi que tu fasses, quoi qu’il t’arrive
Je serai avec toi comme autrefois, même si tu pars à la dérive
(Françoise Hardy – Tant de Belles Choses)
 

La tristesse a son espace

Im Zolli
 
La joie cependant aussi.
Avec un sourire tout va plus simplement.
 

J’ai appris hier

Park im Grünen
 
que le frère de ma grand-mère est morte de faim en captivité.
Aujourd’hui je suis triste. Mais je continue à lutter pour la paix.
 

Si rien ne va plus

Merian Gärten
 
si toutes les forces fanent,
votre respiration vous aide.
 

Vous n’êtes pas naïf

Bubbels am Barfi
 
si vous préservez à vous-mêmes
l’étonnement et le rire d’un enfant.
 

J’ai dit adieux

Merian Gärten
 
à la pure pensée noir et blanche.
Mes pensées sont multicolores et sauvages.